La Bad'J ? Mais qu'est-ce que c'est que ça ?

2010 - present

Notre compagnie est née avec l'envie d'imaginer des spectacles avec de la marionnette, du clown, du chant et de la musique. 

 

L'idée est de proposer de nouveaux horizons à notre public et d'ouvrir le débat sur les questions qui nous animent comme l'égalité fille/garçon (Jouets Interdits), le respect de la nature (Polluons dans les bois... Pendant que le loup n'y est pas !), la solidarité (Quand on parle du loup...), la curiosité culinaire (Kim et facéties) ou le droit d'aller à l'école (Qui a eu cette idée folle !?). Tous ces thèmes ont été repris dans un seul et même spectacle musical et familial appelé "Rêvue -et corrigée-!". 

 

La Brigade d'Agitateurs De la Jeunesse a soufflé ses 8 bougies cette année. 

Contre vents et marées, et parfois même à contre-courant, La Bad'J peut plier mais elle ne rompt pas. Si vous souhaitez la voir par chez vous, n'hésitez pas à nous contacter !

Adhérer, c'est adorer !

Savez-vous qu'une compagnie de théâtre, c'est aussi une association ?

Pour nous soutenir moralement et financièrement, vous pouvez adhérer en ligne à hauteur de 5 ou 20 euros. 

 

Adhérer à La Bad'J, c'est une belle démonstration de soutien à l'égard de la brigade, et en ces temps si incertains, tous témoignages d'encouragement est bon à prendre !

Nos partenaires et nos soutiens :

La CMCAS Paris est en partenariat avec La Bad’J depuis ses premiers pas. Ce comité des entreprises électriques et gazières met à disposition de La Bad’J des salles de répétitions. 

 

Le service culturel de la Ville de Saint-Denis (93) soutient financièrement La Bad’J depuis 2017.

La Ligue de l'Enseignement 95 est en partenariat avec La BadJ et organise des tournées dans les écoles du département.

En 2020, la Spédidam soutient La Bad'J et La Ligue de l'Enseignement 95 diffuse les spectacles de la BAD'J.

2010 - present
  • Facebook Social Icon
  • Instagram
  • Youtube
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now
Rêvue -et corrigée !-

crédit photo Charlène Yves